davis balthus

figuratif


Thomas de Davis - qui est un malin - nous avait aussi préparé lors de la première rencontre les Balthus 70, haute colonne dans une catégorie de prix bienvenue (1250 €).

Honnêtement, c’est un moyen d'accéder à une forme d'excellence expressive sans se ruiner. Ajoutez le jouissif Tsakiridis Hermes et hop, vous êtes embarqués pour quelques année de vie musicale.

La Balthus va vraiment dans le sens de ce que nous aimons, à savoir des enceintes qui expriment un véritable amour des musiciens, un sentiment de liberté communicatif, sans le moindre esprit racoleur, sans austérité non plus évidemment :  vives, aérées, dotées d’une éloquente pertinence, on en a pour bien plus que son argent sur de nombreux critères.

Pas de zone critique, d’excès où que ce soit, la résolution est harmonieuse, fine à défaut de toujours subtile (mais bon, eh, oh, 1 300 euros !!!!), les timbres cohérents, distincts, dans une totale assiduité tonale et rythmique.

Esthétiquement, on ne va pas se pâmer, mais au moins l’ensemble est sobre, chantant, animé, du vrai bonheur musical assuré !

 

Formidable.

 

Le reste de la famille est à l’avenant et dépendra beaucoup de l’environnement : une Balthus 90 dans une trop petite pièce ou mal contrôlée par le reste des éléments pourra vite devenir un peu épaisse dans le bas. Mais sinon, les vertus sont les mêmes.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des contenus de plateformes sociales et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus