davis

davis le petit poucet


Site internet : www.davis-acoustics.com/

France

Avril 18

 

C’est un peu exaspérant à la longue que le salut vienne de marques qui peinent à se faire une réputation.

Davis est de celles-là.

On a beau faire passer obstinément des castings soigneux à ces marque anglaises ou danoises emblématiques qui marquent les esprits par leur torse plus chargé de médailles qu’une ruine militaire soviétique, rien à faire, musicalement ça va de ennuyeux à… amusant ? Pour ne pas dire infect. En termes d’expression, je veux dire. Pas de beauté sonore ou de raffinement ou de délicatesse. Mais la musique demande bien plus que ça.

Or, à la longue, Mulidine, Living Voice, ppfff ont mué de muses en imago.

Mais on continue d’espérer. D’y croire. Renouveler l’expérience PMC par exemple.

Lorsqu’un attaché commercial de Davis propose de nous présenter des nouveaux modèles, on accepte sans trop y croire, du bout des lèvres : on ne va pas devenir ostracistes, ce serait un comble. C’est français et plombé par une côte moyenne, soit, mais quand même !

Pourquoi Davis ne parvient pas à bâtir une notoriété dans le haut-de-gamme ? C’est curieux parce que, ça et là, on en a entendues, on en a même eues au magasin, sans jamais trouver le résultat mauvais et même au contraire toujours intéressant, éventuellement pas totalement ou idéalement abouti, mais au moins dans la bonne direction : celle d’une vitalité musicale trop rare dans la morne steppe du prestige.

Pourquoi alors ? L’inconstance des lignes et performances d’un modèle à l’autre ? Des choix esthétiques souvent discutables ? C’est français ? Ça s’appelle Davis ? M. Visan n’était pas parvenu à rentrer dans le cercle étroit de l’aristocratie française ? Des dérives de stratégies commerciales ?

Il se trouve que le modèle qu’est venu nous présenter le sympathique Thomas a vraiment de l’allure (on a vérifié avant) et rentre dans une gamme de prix (+/-3000€) où je suis en recherche depuis des années.

Il s’agit de la Courbet 5.

Sa ligne fine, disponible en noir ou blanc satiné, au profil légèrement incliné façon PMC Twenty, posée sur un socle en bois épais et large mais pour une fois justifié est vraiment réussie sans ostentation.

Bravo.

L’écoute : on ne peut que s’en réjouir après un petit temps d’adaptation, cache en place ou pas, un petit travail sur la disposition et surtout pointes indispensables alors que Thomas ne les a pas vissées immédiatement.

Je vis avec ces objets depuis quelques mois et ne m’en lasse pas : faciles à vivre, enjouées, elles soulignent les timbres par une légèreté de traits éveillés, les errances rythmiques de tout type de musicien sont illico perceptibles grâce à une belle rapidité des attaques et un prolongement des enveloppes de notes pas si fréquent.

L’homogénéité tonale dynamique est constante, la plage d’utilisation étendue bénéficiant d’un grave tendu, piqué, réactif, jamais épais ou lourd, optimisant la perception du swing mais aussi des couleurs. Un registre d’autant plus réussi que l’enceinte est quand même de petit volume.

De fait, la résolution fine et précise procure précision et transparence, entrainant surement aux oreilles déformées de certains la sensation d’un léger déficit de densité organique (quand le grave est rapide on entend souvent ce commentaire, pas aidé, c’est vrai, par ma pièce qui manque de corps).

La scène respire, faisant disparaître l’enceinte en gommant toute tonique de charge ou de caisse (pourtant chez Davis on a quelques souvenirs contraires) et la sensation de profondeurs étagées est confortable et très stable ; pas mal pour une 3 voies encore humble.

Pas tordue ou compliquée, la Courbet 5 permet de faire joujou avec de petits amplis joyeux ou subtils sans se ruiner ; mais en s’amusant à les accompagner par du plus lourd (Accuphase E370, décidément une valeur très très sûre) on sent qu’elles ne rechignent pas à s’ouvrir, offrir le meilleur sans se laisser déborder.

Evidemment comme pour Atoll, il va falloir passer du temps à tordre le coup aux aprioris, mais on ne va quand même pas rentrer des daubes sous prétextes qu’elles sont respectées.

A propos d’Atoll : une évidente composition pour ces Courbet 5 s’accompagnera évidemment du fantastique (il n’y a pas d’autres mots) IN300, dont le succès croissant rassure ceux qui comme moi se demandent si la qualité peut parfois primer sur l’image de marque. Qui soit dit en passant évolue très favorablement depuis quelques temps.

Souhaitons le même bonheur aux Courbet 5.

Le modèle Courbet 7 a continué d’alimenter le plaisir de la rencontre.

Honnêtement, je craignais que, comme trop souvent, une grimpée en gamme s’accompagne d’une boursouflure du grave et d’une définition s’affinant vers le détail pour le détail au détriment de la justesse du phrasé.

Pas du tout ! On gagne partout, en préservant la cohérence remarquable du modèle 5.

Résolution accrue mais profitant plus encore aux fins de notes, au délié. Grave plus profond mais sans la moindre lourdeur. La scène est plus vaste, l’air entre les musiciens plus « palpable » (oui, c’est bon…). Pour faire simple : la Courbet 5 a grandi mais est l’adulte ne perd rien des qualités de l’adolescente.

D’ailleurs, on ne dirait rien d’autre qu’une croissance normale puisque l’objet nanti du cache est une Courbet 5 agrandie homothétiquement par Photoshop.

Thomas - qui est un malin - nous avait aussi préparé lors de la première rencontre les Balthus 70, haute colonne dans une catégorie de prix bienvenue (1000 €).

Honnêtement, c’est une vraie surprise.

La Balthus va vraiment dans le sens de ce que nous aimons, à savoir des enceintes qui expriment un véritable amour des musiciens, un sentiment de liberté communicatif, sans le moindre esprit racoleur, sans austérité non plus évidemment :  vives, aérées, dotées d’une éloquente pertinence, on en a pour plus que son argent sur de nombreux critères.

Pas de zone critique, d’excès où que ce soit, la résolution est harmonieuse, fine à défaut de toujours subtile (mais bon, eh, oh, 1000 balles !!!!), les timbres cohérents, distincts, dans une totale assiduité tonale et rythmique.

Esthétiquement, on ne va pas se pâmer, mais au moins l’ensemble est sobre, chantant, animé, du vrai bonheur musical assuré !

Formidable.


mulidine

En savoir +

mulidine cadence plus

En savoir +

harmonie V3

En savoir +

ppfff AVA

En savoir +

fostex

En savoir +

ppfff AVA la suite

En savoir +

atohm

En savoir +

ppfff ada

En savoir +

living voice

En savoir +

avantgarde

En savoir +

heco direkt

En savoir +

chario reflex

En savoir +

ec living

En savoir +

tune audio

En savoir +

davis

En savoir +

wilson benesch

En savoir +

diptyque

En savoir +